L’écologie ou la nouvelle galère du contribuable !

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

les éoliennes coûtent cher au contribuable

L’écologie et la « transition » sont le nouveau prétexte pour ponctionner le contribuable. Trois fois hélas, car à l’énorme ponction fiscale s’ajoutent des contreperformances environnementales dramatiques. C’est ce que démontre le caractère insensé des récentes décisions gouvernementales en faveur de la filière gaz-éolienne.

M. Macron et le Gouvernement viennent d’annoncer 7 milliards d’euros d’investissement annuel dans les ENR (énergies renouvelables), ce, pendant 10 ans, principalement affecté à la filière gaz-éolienne.

Sachant que la Cour des comptes a récemment chiffré le gâchis éolien à 40 milliards depuis 15 ans, soit 5,7 millions d’euros par machine, le développement effréné de cette filière fait froid dans le dos. Ce sera donc, au minimum, 70 milliards perdus pour passer de 7 000 machines à 25 000.

S’il s’agit de sauver la planète, pourquoi pas. Mais qu’en est- il ?

1) Climat et émission de gaz à effet de serre 

La filière gaz-éolienne est devenue l’un des principaux facteurs de croissance de l’émission de gaz à effet de serre. La France, dont les émissions de gaz à effet de serre sont cinq fois moindres par habitant qu’en Allemagne grâce au nucléaire,  augmente ses émissions de CO2 de 2 % par an depuis 4 ans. L’intermittence des éoliennes rend leur couplage indispensable avec des centrales à  combustible fossile (en France, le gaz).

Plus on installe d’éoliennes, plus on pollue et détériore le climat.

2) Biodiversité et accélération de sa destruction

Les pales d’éoliennes mesurent 50 à 80 mètres de rayon  et tournent à 300 km/heure  en leur extrémité. Ce sont d’immenses broyeuses à oiseaux mais pas seulement : elles menacent d’extinction certaines espèces protégées, comme les chauves-souris nécessaires à l’écosystème.

Le rythme de destruction de l’écosystème ne peut que s’accélérer.

3) Santé humaine et animale

Plusieurs études dans le monde démontrent que les éoliennes sont des machines nocives pour la santé humaine et animale. Des cas nombreux de mortalité et de déformation génétique ont été constatés à leur proximité et rappellent l’irrespect du principe de précaution par nos gouvernants.

L’apparition d’un syndrome éolien contrevient à la définition de la santé édictée par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Plus M. Macron et son Gouvernement veulent nous imposer cette dépense, plus l’état du monde se dégrade. N’est-ce pas aberrant ?

Ceci l’est d’autant plus que ces chiffres cachent d’autres réalités désastreuses :

  • Le prix de l’électricité des ménages sera augmenté de 10 % par an d’où une baisse du pouvoir d’achat.
  • Les 17 000 éoliennes représenteront 51 milliards d’euros d’importation. Elles subventionneront l’emploi étranger et pèseront sur la balance commerciale.
  • Leur implantation tuera des filières comme le tourisme, la pêche, et certaines industries dont le nucléaire sans leur substituer de solution. Elles priveront d’autres filières de ressources pour sauver l’environnement comme l’isolation de l’habitat ou la recherche.

Les mécanismes financiers des nouvelles ENR et de la filière gaz-éolienne sont tous orientés vers la réalisation de profits dont la trace se perd dans les paradis fiscaux.

Dans quelle galère donc M. Macron et son Gouvernement ont-ils donc décidé de nous embarquer ?

Tout ceci est bien incompréhensible et inquiétant.

Ce salmigondis n’est franchement pas les réformes qu’attendaient  les Français.

Plutôt que de créer de nouveaux impôts, M. Macron ferait bien mieux de ne pas créer de nouvelles dépenses !

Arnaud Casalis
https://www.contribuables.org/2018/12/lecologie-ou-la-nouvelle-galere-du-contribuable/

 contribuables associés

A lire : notre dossier sur l’écologie en téléchargement gratuit, ici www.contribuables.org/boutique/fr/les-dossiers-et-enquetes-du-contribuable-/118-l-ecologie-oui-les-ecolos-non-.html